vendredi, août 19, 2005

Des news of Bouygues

Non, ce blog n’est pas en train de devenir bilingue, vue ma crasse et totale incompétence linguistique. Mais il parait que pour attirer le chaland, il faut parfois utiliser des subterfuges de ce genre : un changement de langue, un passage à des récits graveleux, et voilà une affaire potentiellement relancée !!
Bouygues, donc est venu. Charlemagne l’a reçu, je n’ai pas voulu assister à l’entretien tant je me sens de plus en plus inutile dans des conversations dont un mot sur deux échappe à ma compréhension. Il faut admettre ses limites et en assumer les conséquences, et puis franchement pour une fois, que Poulet dormait, je ne me voyais pas refuser une grasse matinée, fut-elle jusqu’à 9h. Je n’interviens désormais en bon argentier du domaine de Souplassens que lorsque la première entreprise de France présente devis et facture, c’est déjà une épreuve suffisante pour des nerfs fragiles. Désormais, nous attendons donc le devis, puisque l’artisan a accepté le chantier. Oui, il fut un temps apparemment révolu où l’entrepreneur cherchait des travaux à faire, désormais, c’est au client de se prosterner au pied du dit artisan pour qu’il daigne accepter le chantier. Et oui, mon bon maître, tout se perd.
En moins de 6 mois, cette maison a vu passer une horde d’artisan, de spécialistes es demeure médiévale, de maître d’œuvre, de gens de métiers, comme on dit, et bien c’est pas difficile, chacun dit la sienne, ou à peu près. Arrive-t-on parfois à recouper les avis, on est alors au bord de l’orgasme architectural tant on semble avoir trouvé la pierre philosophale. Un coup, il faut reconstruire un mur qui menace ruine, un coup, il est en excellent état, un coup il faut doubler une poutre, non, ce n’est pas nécessaire. Il faut tout le flegme de Charlemagne et les conseils avisés d’un vieux routier du monument historique pour garder les yeux en face des trous. Parce que si on m’écoutait il y a longtemps que j’aurais … mais je ne sais même pas ce que j’aurais fait, tant je n’y COMPRENDS PLUS RIEN.

1 Comments:

Anonymous filomène said...

...jeté tout par terre, et sommé Charlemagne de refaire une vraie maison,et de se magner, encore(pfffou, c'est débile,,mais si on peut plus rire!)
Allez courage, , la première entreprise de france devrait reconnaître tout ce qu'elle te doit quand même!

9:11 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home