lundi, septembre 12, 2005

Un dimanche à la campagne

L’ouragan intersidéral de la semaine dernière s’est achevé jeudi soir par un petit tour dans le bureau de la Mouette pour lui annoncer mon intention de chercher une herbe plus verte ailleurs. Je dois avouer que mon intervention l’a laissée dans un état de torpeur qu’elle eut du mal à masquer. On ne pouvait pas penser que c’était un coup de la canicule (15 degrés de température extérieure, c’est un peu juste), ni l’effet d’abus de substances illicites (vu qu’à part l’alcool, elle ne s’adonne à aucun plaisir pervers). Il est davantage à craindre que le dernier neurone encore en fonction ne vienne de griller et que son regard ne puisse qu’être le reflet de son activité cérébrale, donc vide ! On peut se demander quelle mouche m’a piquée d’aller annoncer un pseudo départ qui peut s’avérer devenir un faux départ, en terme de stratégie, c’est assez mauvais. Et bien l’administration est à ce point bien faite qu’il faille demander la permission de postuler ailleurs quand c’est dans la même firme. C’est génial car si vous n’avez pas le poste convoité, vous vous préparez de bons jours de placardisation.
Ceci fait, vendredi soir, je suis partie en week-end le cœur léger. Samedi a ressemblé à une bonne journée de cauchemar, fade, pluvieuse, ennuyeuse, embarrassante, enfin que des superlatifs.
Par contre, dimanche et sa douceur de vivre. Un petit vide grenier pour commencer, la Bestiole y a trouvé un gros cœur rouge lumineux du meilleur effet et le Poulet une voiture évidemment.
Puis, les choses se sont corsées. Et oui, Charlemagne voulait absolument installer sa nouvelle antenne, qui maintenant trône à 17 mètres au-dessus de nos têtes, mais que voulez-vous pour capter le japonnais à 3 heures du matin, il faut cela. Oui, malgré Internet, on continue à passer par les ondes. J’ai osé avancer l’argument de l’archaïsme du truc : on m’a répondu catastrophe naturelle, bombe nucléaire et guerre. Il paraît que ça pourrait nous sauver la vie. Je suis sceptique, je crois davantage aux bienfaits d’un bon potager.
Donc, pour ce genre d’aventure, Charlemagne a besoin de son acolyte de toujours, j’ai nommé Viriato. C’est deux-là quand ils partent ensemble, il faut toujours se méfier car ils préparent un mauvais coup … surtout pour la carte bleue. Ils sont champions du monde de l’endormissement d’épouses. Le tout est de savoir laquelle des deux femmes
sera cette fois, le dindon de la farce. Car, ils mentent, toujours, mais on ne sait jamais à laquelle. Oui, ils savent très bien se protéger l’un l’autre pour masquer le vrai prix, pour faire croire que c’est l’un qui a acheté alors que c’est l’autre. Les rois de la manigance conjugale.
Bon, mais dimanche, il n’était point question de cela, mais uniquement de technique. Et voilà-t- il pas que Viriato ne veut pas venir. Charlemagne décomposé pose le téléphone, sa journée venait de tomber à l’eau. Qui allait lui tenir pendant trois heures l’antenne à bout de bras ? Il faut imaginer un gamin dont le meilleur copain vient d’annoncer qu’il ne viendra pas pour cause d’empêchement parental. C’est pareil. Ne pouvant pas laisser cet être en souffrance, je décide de me sacrifier sur l’autel de la création radioamateuriste en monnayant la venue par des crêpes. Je connais la corde sensible de Viriato. Gagné, il mord à l’hameçon. On ne les a plus revus jusqu’à 20h30, 17 mètres, il faut du temps pour les poser. On a même oublié de leur apporter leurs bichocos à 4 heures. Et pendant ce temps, Mme Viriato faisait faire ses devoirs à la Bestiole. Un bon dimanche donc.



2 Comments:

Blogger Jean said...

-le sens de l'image: les bichocos , entre autres ,
-l'humour ,à toutes les lignes ,
-le suspens croissant au fur et à mesure que le paragraphe avance ,
-les chûtes : -"je crois davantage au potager " ,

cela me pousse à réiterer mon invitation à ce que tu te mettes à écrire un ouvrage conséquent .

Grosses bises

11:28 AM  
Anonymous karen said...

bonjour Clothilde
je viens tout juste de decouvrir ton blog, un vrai regal.
entre la seance coiffeur et le jeton de caddie en passant par le cadeau de la fete des meres...

merci de tant d'humour ! ;o)

6:01 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home