samedi, octobre 15, 2005

Quand les poules auront des dents

De retour de mon salon des loisirs créatifs, je trouve Charlemagne, debout dans la cuisine avec l’air soucieux. Je me dis que ce ne peut pas être un effet de mes dépenses étant donné qu’à la maison, le ministre des finances c’est moi, donc, il ne peut pas percevoir l’ampleur des dégâts.
Après m’avoir bien urbainement demandé si je m’étais régalée, ce à quoi je répondais, la mort dans l’âme que oui, il m’annonce que nous allons « acheter une tente hermétique ». Ah bon, tu veux donc reprendre la randonnée hivernale par tous les temps, et bien soit, si cela te fais plaisir. Leçon numéro 1 de perfidie : il faut toujours compenser un excès d’égoïsme dont on est que moyennement fière par le comblement des manques chez l’autre.
La réponse qu’il me fait alors est beaucoup plus énigmatique « non, c’est pas pour la randonnée ». Ah, voilà que les choses se corsent, une tente hermétique, si c’est pas pour la randonnée, c’est pour quoi alors ? « Tu as entendu les dernières nouvelles sur la grippe aviaire ? ». Heu oui, pour le peu que j’en ai compris, on semble tout de même très épargné, vu que nous n’avons pas encore de plume et que nous ne vivons pas en batterie, les choses seraient plutôt bien engagées pour nous. « Oui, mais on a des poules et des canards ». Alors là, que cela ne tienne, on les zigouille, et la chose est entendue. De plus, chéri, j’ai écouté une émission durant 1 heure ce matin (oui, elle ne faisait que 5 mn, mais dans une situation anxiogène, il ne faut faire qu’une chose : RASSURER, et pour cela, croyez moi tous les moyens sont bons), et ils ont dit que vraiment nous n’avons aucun souci à nous faire. « C’est de la propagande gouvernementale». Ah, oui évidement vu comme cela, si en plus Villepin est un mutant de Brejnev, on n’est pas sorti des ronces.
Mais alors, quid de la tente hermétique. « Et bien, on la mettra dans la maison et comme cela en cas d’épidémie on est protégé ». Fabuleux, extra, on dira à nos amis qu’on a adopté le look bédouin façon décathlon, ils vont encore nous prendre pour des branques.
« Par contre, il faudrait aussi éviter les lieux publics ». Alors là mon coco, me passer de Carrefour au cas où un hypothétique vol de gallinacés viendrait déféquer sur le parking, déjections dont je me ferais un rail (parce qu’il est évident que tout individu normalement constitué prend le temps de renifler toutes les chiures d’oiseaux qui traînent) après quoi je transmettrais le virus à tout Carrefour. Hitchcock à coté c’est vraiment du pipi de moineau

2 Comments:

Anonymous Anonyme said...

C'est pour quand le piolet, les crampons ( pour les fiantes ) et les moufles ??
Et si on l'enfermait dans la cuve à vin avec la radio? Je suis pour.Hi, Hi. Au fait, la grippe des gallinacées se transmet-elle par voie hertzienne ? Méfi.
Viriato

9:29 PM  
Anonymous Muriel said...

Tu crois que tu pourras broder sous la tente ?

7:03 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home