jeudi, octobre 27, 2005

Que m'arrive-t-il ?

Voilà c’est malin, je deviens un cœur d’artichaut. Déjà, j’avais eu une première alerte lundi en regardant " Ca se discute, jour après jour ". Oui, ne le dites pas, mais je me laisse aller à regarder ce genre d’émission. Et finalement j’assume, c’est caricatural, énorme, voyeuriste, mais je regarde. Que celui qui n’a jamais regardé me lance la première pierre, j’en connais au moins un, en l’occurrence je préférerai un envoi de photos plutôt que de cailloux ! Donc, le sujet était les adolescents mais pas du genre Neveu, non du genre idiot, bête et agressif, tout sauf ce cher Neveu qui somme toute est dans le genre haut du panier adolescent (n’exagérons pas il n’est pas parfait, mais un petit hommage devait faire du bien à son ego). Comme une andouille, je me suis laissée prendre au jeu et je n’ai pu que verser une larme quand la mère et la fille sont passées du stade chien et chat pour redevenir une petite famille. Mais qu’est-ce que c’est que ce moi qui s’est mis à pleurer à chaudes larmes comme si on venait de déterrer Hibernatus. Heureusement, Charlemagne trafiquait (oui, c’est le terme qui fait chic dans les dîners en ville… entre radioamateurs) avec un japonais. J’ai donc pu cuver ma mièvrerie à l’abri des regards indiscrets.
Et pour cause, il y a quelque chose de pire que le cœur d’artichaut : le cœur d’artichaut qui se voit. Inévitablement, à la fin de grands mélos du genre Sissi (je n’ai plus aucune dignité, avouer être fan de Sissi, je suis perdue !), je pleure. Oui, vous savez quand elle n’a plus la tuberculose et que sa fille échappe à sa grand-mère pour courir sur le grand tapis rouge au milieu de la foule et bien, là forcément, je fonds en larme. Et charlemagne qui ne peut s’empêcher de dire : " mais c’est une petite larme, que je vois ", l’humiliation est à son comble, je suis grillée. J’ai beau dire que j’ai un truc dans l’œil, je vire au pathétique.
Et hier soir, rebelote, j’ai regardé un téléfilm sur l’amour impossible entre une algérienne traditionaliste et un français, impossible à cause de la famille super obtuse (entre nous, les poncifs s’enchaînaient à la vitesse du feu). Mais j’ai pleuré la moitié du film donc trois solutions :
  • c’est hormonal, faut absolument consulter. Deviendrais-je ménopausique ? A 32 ans, ça paraît bizarre !
  • je me ramollis du carafon et deviens une véritable éponge à bons sentiments
  • je suis gentille et ça s’est vraiment une découverte !

5 Comments:

Anonymous Anonyme said...

En fait, t'es râleuse, mais avec un bon fond, j'en connais une qui te ressemble...
Catherine

10:16 AM  
Anonymous Anonyme said...

alors t'es gentille...
2- t'es une maman !!! depuis que je suis mère... je pleure tout le temps ! juste à penser que ce pourrait être mes enfants... ou moi dans la situation ou .. bref, j'en fini plus et je pleure et ca fait du bien, ca permet d'expulser les sentiments et frustrations de la journée en faisant passer cela sur le film !!!!

3-... qu'est-ce qu'elle à Sissi.. hein... qu'est-ce qu'elle à Sissi...
moi itou je l'aime ! na

10:33 AM  
Anonymous Marinet said...

Faut voter ???
Trop marrant, j'aime bien lire tes petits récits !

5:15 PM  
Anonymous Edith said...

Moi je ne suis pas maman, mais je pleure aussi quand la gamine s'élance à Venise sur ce grand tapis rouge !
Pourtant, je connais par coeur, mais bon.

Sinon, j'adore tes broderies, je bricole, mais pas de travaux d'aiguilles pour moi ;D

7:05 PM  
Blogger Jean said...

Pourquoi "coeur d'artichaut " ?

La sensibilité est une qualité , être ému en voyant les problèmes des autres ,s'identifier à eux ,n'est ce pas ,au contraire ,la marque d'une grande humanité ?
Les braillards qui cassent des voitures en sortant d'un match de foot ,à ton avis ,ont ils des larmes dans les mêmes situations que toi ?
A ton avis ,qui est le plus humain ,le plus évolué ? Eux ou toi ?
Il ne faut pas avoir honte de nos larmes ,au contraire .

Le seul petit reproche que l'on pourait éventuellement faire aux larmes devant un film , ce serait la perte de conscience totale ,de maitrise de soi ,elle s'envole tant on est emporté par l'histoire .
Personnellement ,je me perds si totalement en regardant un film qui me plait ,que je n'entends pas quand on me parle ,je réponds invariablement "oui " ,mécaniquement ,instinctivement ,sans n'avoir rien compris .
C'est cela la vraie faiblesse ,pas les larmes .
Au sujet de l'emission dont tu parles ,c'est vrai ,je ne l'ai jamais regardée . Mais ...si tu savais.... certains soirs ...quand je suis fatigué ,que je n'ai plus envie de lire ou de faire quoi que ce soit ,il m'arrive de regarder des émissions que normalement ...des films à l'eau de rose totalement irréalistes dont j'ai presque honte ensuite ....

Rassure toi ,tu ne te ramollis pas ,tu es plus gentille que ce que tu avais cru !!!
Dans une société qui devient de plus en plus froide ,rigide ,mécanique ,impersonnelle ,heureusement que des femmes pleurent en regardant un film .
La femme est l'avenir de l'homme ...

7:21 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home