jeudi, décembre 15, 2005

Je suis en train d’atteindre le stade suprême de la transformation d’un être normal en une espèce de truc informe qui se vautre sur le bureau pour ranger ses papiers et qui ne pense qu’à une chose : se barrer. Et dire que je travaille encore demain.
Je pense que je deviens complètement débile. J’ai passé la matinée à maltraiter la saucisse qui a sué sang et eaux à faire les cent pas entre son bureau et le mien pour que je lui donne les instructions pour surmonter mon absence. J’ai l’impression de partir pour un voyage en Sibérie.
Je classe, j’ordonne tout, faut dire que j’avais atteint le tréfonds du bordel. Des papiers partout. Moi en fait, je suis comme cela, je suis quelqu’un de potentiellement ordonné, c’est à dire qu’en temps normal, je range au fur et à mesure. Et puis, par moment, j’ai besoin de tendresse, de me sentir rassurée par mes papiers, par mes dossiers, et je les laisse monter autour de moi comme autant de citadelles protectrices. Je me complais alors dans une pagaille manifeste, dont je me réjouis jour après jour. Parce que je sais qu’à un certain moment, il faudra ranger et là le mythe de la purification par le mouvement se met en branle, le bureau peu à peu réapparaît sous les assauts du rangement vertical et je respire à nouveau, je me plais à me satisfaire du devoir accompli. Je me félicite. Vous doutiez encore de ma santé mentale, ne doutez plus !
Donc, ce matin, j’ai expédié les affaires courantes, transmis mon savoir à la Saucisse qui n’en pouvait plus à l’idée de se retrouver seul une semaine : " mais je pourrais t’appeler chez toi ? ".
Pour ceux qui pensent encore que je suis pédégère d’une firme multinationale, je les rassure, je ne suis rien ou presque, simple cadre anonyme dans la fonction publique. Mais la saucisse est de la trempe de ceux qui se noient dans un verre d’eau. Quand on lui pose une question, sa seule est réponse est " il faut que je vois avec Clothilde ". Non que mon intelligence soit nettement supérieure à la moyenne, simplement son courage est inférieur à la moyenne. Remarquez, ça me donne parfois l’impression d’être quelqu’un, je peux au moins le remercier pour cela. Là, le pauvre gars va passer la pire semaine de son existence même s’il m’a dit un très encourageant " remarques, avant Noël, c’est calme d’habitude ". Ce qui en langage clair, veut dire qu’il n’aura pas à m’appeler à la maison pour résoudre son problème qui pour un individu normal se résumerait à une simple prise de décision. Mais n’est pas la saucisse qui veut.
Allez j’y retourne et demain, ce sera " de bon matin, j’ai rencontré le train de trois grands rois qui partaient en voyage… ".

3 Comments:

Blogger Jean said...

Je connais bien le problème du désordre sur le bureau !!!
Et sur la grande table ...et le meuble de l'ordinateur ...et...partout où je passe .
J'ai dans ce domaine une longue expérience , je peux même aider ceux qui n'ont pas encore l'habitude !
Le désordre , tout le monde peut y parvenir si on a de la volonté et de la persévérance !

7:49 PM  
Anonymous isabelle zab71 pégase said...

Je ne me lasse pas de ta prose Clothilde. Je parcours pleins de blogs différents et je jubile plus à l'idée de nouveauté chez certain. Au fait j'espère que tu écris de chez toi, sinon je fais comme "la saucisse" : "je peux t'appeler pour mon plaisir du jour ?"

10:00 AM  
Anonymous ariane said...

Tiens ! ça me rappelle quelqu(es) un(s) .... Cet art qu'on les lampistes (j'adore ce mot) de nous faire passer pour "indispensables" !

12:12 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home