mardi, janvier 17, 2006

Tout fout le camp

Déjà, il y avait eu des bribes, des idées comme cela en passant, mais je voulais croire que ce n’était que l’expression d’une mauvaise humeur passagère. Et puis les choses se sont précisées. J’ai mis cela sur le compte de l’arrivée d’un nouveau directeur général qui en bon male dominant prenait un plaisir certain à faire pipi sur son nouveau territoire. En langage plus correct, on dit prendre ses marques, marquer de son empreinte. Et puis les orientations pressenties sont devenues claires comme de l’eau de roche. Dorénavant, le DG (directeur général) ne veut plus de note " littéraire ". QUOI ? ! Le seul intérêt que pouvait revêtir cet exercice se trouve d’un coup totalement réduit néant. Il pousse même le bouchon jusqu’à proposer des notes types avec une introduction type, une conclusion type et pour le reste il ne faut écrire qu’à l’aide de tirets. Finies les envolées lyriques dont je m’amusais, fini le petit mot que je glissais comme des ballons d’essai.
Savez vous qu’un jour, une note est revenue avec force rature parce que j’avais eu l’outrecuidance d’oser écrire " édiles " au lieu de maire. Et oui, faut dire que déjà la mouette avait eu besoin du Littré pour comprendre. Je fus donc convoquée dans le bureau directorial pour m’expliquer sur cet excès de langage. Pour une fois, je tins bon sur le registre du " c’est pour éviter les redites et puis c’est un terme très usité ". Inutile de reprendre le laïus du plaisir de l’écriture, parce qu’autant demander à une vache de mettre un binocle. Elle n’a pas moufté même si elle n’en pensait pas moins. A l’échelon supérieur, le couperet est tombé et la note est revenue avec l’expression suivante " prière d’écrire plus concrètement ". Depuis quand employer un mot à bon escient et écrire dans un français littéraire (enfin, tout est relatif, c’est pas du Proust, non plus !) est une faute de goût ? Depuis, qu’un vieux croûton est venu prendre le poste de DG et croit qu’en rendant les gens débiles, cela va en faire des moutons plus serviles. C’est mal me connaître ! !

4 Comments:

Anonymous Marinet said...

Ouille ouille, ça chauffe dans la bouilloire !
T'as raison Clothilde, rouspète.. Vont quand même pas imposer le langage sms pour faire plus jeune, non?

3:52 PM  
Blogger Pascale said...

ça s'appelle niveler par le bas !

6:26 PM  
Anonymous anne said...

Ne lâche pas !!! à mon travail, on m'appelait "Madame de Sévigné" à cause de mes notes à rallonge (je sais, j'ai beaucoup perdu en style depuis .... :o)))))
Soit concrète si on te l'impose mais continue à te faire plaisir ; et hop une citation latine, et hop une référence littéraire absconde. Impose ta patte dans les notes de services formatées !

8:51 AM  
Blogger Francois et fier de l'Être said...

Connais-tu le "Ragga abscons" de Bernard Joyet ? Prens-y de la graine à moudre et fait-toi plèse.

11:37 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home