dimanche, avril 02, 2006

Printemps-Eté 2006

Vendredi, j’ai pris une sage décision, ayant été le mois dernier, sobre comme une nonne, je pouvais ce mois-ci, forte de quelques pépettes, céder à quelques envies pour parfaire ma garde robe qui vire à l’anémie. Direction donc, la galerie marchande de mon centre commercial préféré. J’étais décidée, il me fallait des hauts, comme on dit dans un langage seul usité des femelles.
J’ai soigneusement évité les boutiques spécial « ma fille se marie », qui par le prix et le look, me laissent aussi froide que de la glace. Exit aussi la marque très à la mode dont les campagnes de publicité présentent invariablement une mère et sa fille, souvent on se demande laquelle des deux est la plus « déguisée ». J’imagine ma mère avec dans un ensemble « tarzan et jane » et moi en « jamais sans mon treillis ». On aurait l’air maligne. En plus, les prix laissent entendre que l’on contribue grassement à l’enrichissement des faiseurs de pub.
Donc, il me restait après cette première sélection, quelques boutiques. Dans la première, il m’a semblé que Charlemagne (qui ne divorce plus, le 1er avril passé, Sissou rengaine tes kurdes) ne serait pas si favorable que cela à me voir me transformer en poule de luxe avec dentelle et fanfreluche à tous les étages, le dernier se finissant bien au dessus du genou. On n’est pas des anges mais quand même… il ne faudrait pas nous prendre pour des démons démoniaques. Dans les deux suivantes, les dernières, vous imaginez donc la tension extrême qui m’animait en parcourant leurs rayons, derniers espoirs avant capitulation en rase campagne, j’avais le choix entre deux looks qui visiblement vont être la panacée de l’été.
Le premier qu’Emir n’aurait pas renié « le temps des gitans », enfin, il s’agit d’une mélange de hippie chic, comme on dit, enfin, je trouve ces deux termes forcément antinomiques, mais les prescripteurs de mode ne sont plus à une aberration près. Dans ce registre là, je me demande l’intérêt d’acheter des vêtements nouveaux, un petit tour dans la garde robe de ma mère, version « j’ai eu 20 ans » devrait faire l’affaire, trois jupes à volants plus tard, je serais à fond dans le truc. Sauf que je déteste, certains rajouteront dans mon dos que je suis bcbg, comme à chaque fois que mon père me tend narquois le dernier Madame Figaro « tiens, c’est pour toi, ce genre de journal ». Trop aimable mais quelque chose me dit que ce n’est pas un hommage à mon bon goût mais plutôt une critique voilée de mon côté « évadée du couvent des Ursulines ». .
Le second style 2006, c’est « je suis en deuil ». Et oui, blanc et noir sont les couleurs tendance. Ben là aussi, on va encore dire que je fais ma mauvaise tête mais ça ne me tente pas du tout, mais alors pas du tout du tout. Le bas noir, le haut blanc et inversement, c’est triste à mourir.
Mais alors comment vais-je m’habiller. Deux malheureux tee-shirts plus loin, je me dis que je vais passer mon après-midi à les customiser comme j’ai vu et (et chez d'autres aussi) et ça sera évidement « mon look à moi ». C’est déjà pas mal !

3 Comments:

Blogger Jean said...

Toutes mes félicitations !
J'ai du mal à comprendre que tant de femmes soient victimes de la publicité pour telle ou telle mode éphémère qui , comme tu l'écris si bien , n'a pas d'autre objectif que de remplir les porte-feuilles des marchands de tissu .
"Mon look à moi " , voila un exemple que toutes les femmes devraient suivre !

12:53 PM  
Anonymous bill said...

J'aime bien ce que tu as fait ... je vais proposer à Marie de customiser ses T shirts ! ça fait longtemps que je ne l'ai pas fait !

9:01 PM  
Anonymous listelle said...

pfff...c'est vraiment pas facile la vie de femme, hein?... je compatis pleinement...
mais alors t'imagine enceinte comme c'est encore plus galère?!

6:28 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home