samedi, juin 24, 2006

Fée du logis : suite et fin

Il faut bien que ce blog reflète parfaitement la totale inconsistance de son auteur et que j’aille jusqu’au bout de ma flagellation publique. D’aucuns diront que lorsque l’on brigue certaines carrières (ai-je dit un jour que je voulais faire carrière, tout au plus aller me balader à Paris !, chut, c’est un truc de superstition, il ne faut jamais affronter l’ennemi de front mais toujours lui donner l’impression que l’on n’y croit pas soi-même, c’est idiot mais j’ai rien trouvé de mieux pour destresser). Enfin, si, autre chose, mais c’est inavouable !
Bref revenons à nos moutons, lorsque l’on s’imagine capable de tenir une boutique genre service du ministère de la défense en pleine guerre contre l’Andorre, on doit pourvoir de prime abord être capable de gérer son personnel de maison, en l’occurrence ma technicienne de surface, j’ai nommé Fée du logis.
Pour ceux qui n’auraient pas suivi, je me tâtais sur le fait d’accepter ses revendications salariales, couchées sur un post-it négligemment oublié sur la table de ma cuisine. Après m’être renseignée promptement sur les prix du marché, j’ai constaté que la dame poussait mamie dans les orties avec en plus un relâchement très certain quant au service rendu. J’étais donc droite dans mes bottes et prête à faire valoir mes propres revendications, à savoir couper la poire en deux. La dame ayant refuser tout de go, je laissais la situation s’enliser, ne souhaitant pas la « licencier » parce que je trouvais que ce n’était pas chic de ma part. J’avais donc remis ma décision à après les vacances, me disant que d’ici là, j’aurais peut être un retour à meilleure fortune. Et elle, une prise de conscience sur l’outrecuidance de ses prétentions. Tout cela étant d’une incohérence totale.
Et jeudi, le verdict est tombé, fée du logis me licencie. En effet, en arrivant, pensant la trouver là, elle s’était barrée pour cause de maux de bras, j’avais mon petit post it, précisant qu’elle mettait un terme à notre contrat parce qu’elle avait trouvé quelqu’un d’autre. Je dois avouer que pour la première fois de ma vie, je me suis sentie atteinte dans ma dignité de petit patron. Je me demandais comment lui annoncer le truc sans la mettre dans la panade. Je constate que certains se posent moins de questions que moi. Décidément, je commence à découvrir la vraie vie.

8 Comments:

Anonymous aziliz said...

tralala!
Et des gens comme ça, qui se permettent tout et à qui personne ne dit rien...il y en a encore plus que tu ne crois!
Et ce que tu racontes, je l'ai vécu de la même façon (exactement la même, c'est du copié-collé) avec une baby-sitter: je la payais très bien (10€)pour juste de la garde (pas de devoirs, même pas la vaisselle du goûter que je préparais avant de partir). Mais la demoiselle laissait les enfants en roue libre, jouait sur mon ordi, etc...bref, je me dis "J'attends la rentrée, elle a besoin d'argent, etc..." Elle m'a laissé un message sur mon portable (à une heure où elle savait que je ne décrocherais pas) pour me planter là la veille de la rentrée...et c'était de trois enfants qu'il s'agissait, pas de poussière. Alors tu sais, le genre humain...disons que j'ai tendance à avoir une tendance limitée à la confiance mais depuis ce jour-là quand je paye je fixe très clairement les règles et je n'hésite pas à calmement dire ce que je pense. Pour me protéger moi.

2:27 PM  
Blogger Loli lola said...

Aïe... c'est bien ce que je redoutais...
Ce comportement laissait penser qu'elle allait claquer la porte si tu n'obtempérais pas. J'ai essayé de te prévenir, mais je n'ai sans doute pas eu les mots qu'il aurait fallu.
Je comprends très bien dans quel état d'esprit tu peux être.
Mais surtout, reste droite, tu n'as rien à te reprocher.
Et je t'assure que des gens pour qui les relations humaines ne sont pas un vain mot, il en existe encore !
Courage !

Loli-lola

3:35 PM  
Anonymous venise said...

moi ce que j'aimerais surtout savoir c'est ce que tu as trouvé d'inavouable pour déstresser ? ;)

allez bon courage et la prochaine fée du logis sera certainement la bonne (sans jeu de mots oiseux...

3:43 PM  
Anonymous aline said...

Ceci dit, soyons honnête, qui n'a pas trouvé comme prétexte d'un boulot qui nous gonflait de demander une prime très avantageuse ou une augmentation qui ne l'était pas moins en sachant que celle-ci serait refusée et nous donnerait donc matière à démissionner sans scrupule ni explications supplémentaires à donner.
Personne ?
Moi si...

7:15 PM  
Blogger Telle said...

Dommage qu'elle ait été si rapide et si accro aux post-its, sinon, tu aurais pu en profiter pour lui répondre que ça tombait extrêmement bien puisque tu ne savais pas comment lui annoncer que tu avais trouvé quelqu'un d'autre...

NB : procédé délibérément repris à mon ancienne aide ménagère et adapté (elle c'était : de toute façon, je voulais partir en vacances alors ce sera beaucoup plus facile. Véridique)

Bises Clothilde.

8:54 PM  
Anonymous le chat qui coud said...

lol pas facile la vie de patron.... Mais si tu constatais un relachement, c'est peut être mieux ainsi!
Engage Mary Poppins.... elle est géniale! (à discuter avec Nicole Austin bien entendu....)
bises!
milouson

9:21 AM  
Anonymous aziliz said...

Chat qui coud, Nicole s'est fait taper sur les doigts pour avoir embauché Mary, alors ne propose pas ça à cette pauvre Clothilde qui est dans la peine. En fait il en a une qui a l'air bien et qui va sans doute lâcher sa patronne: la femme de ménage de Gabrielle dans Desperate housewives; ou alors faut adapter la méthode de Lynette Scavo pour débaucher une perle...
La chasse est ouverte!

7:37 PM  
Anonymous Sara said...

Moi, j'aurais été contente... je suis assez trouillarde, j'aurais eu du mal à lui dire qu'elle était renvoyée! Donc là, elle m'aurait facilité la tâche!!
Et pour le ministère, ce serait sympa que tu choisisses autre chose que celui de la guerre... genre finances ou un truc comme ça, c'est moins risqué pour nous!!

10:29 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home