samedi, août 26, 2006

Loi de Murphy (celle des emmerdements maximaux)

Je pense que lorsque l’on rentre dans un cycle merdique, il ne faut pas faire les choses à moitié. Autant y aller franco. Ce matin, marché, comme tous les samedis et en passant nous devions ramener la chatte chez le vétérinaire pour lui ôter des points de suture dûs à une opération effectuée en vue d’arrêter la production quasi industrielle de chatons. Tout d’abord, il a fallu courser la dite bestiole dans toute la maison car elle ne supporte pas, ne serait-ce que la vue, de la caisse de transport. La bête attrapée, mise dans la voiture, nous avons supporté ses miaulements de suppliciée jusqu’à la ville distante de 20 Km, c’est long… Malgré nos tentatives pour la rassurer. Installée sur le siège avant, elle a gentiment attendu une heure que nous fassions notre marché. Puis, il fut question d’attendre notre tour chez le véto… au bas mot 1 heure. La salle d’attente était envahie de toutes sortes de personnages. Dont une dame qui nous a annoncé la fin du monde « parce qu’il n’y a plus de saison » et disserté une bonne ½ heure sur les puces qui infestent son logement parce que Elliot, son vieux chat ne supporte plus les insecticides. Ce n’était pas pénible mais plutôt pathétique, je n’aime pas du tout quand les gens se donnent ainsi en spectacle. Sans compter sur le mec qui vous dit : « oh, il est joli votre chat » , ben oui, enfin ce n’est jamais qu’une chatte de gouttière de type européen, dénomination sensée faire oublier le caractère commun de l’animal (commun oui, mais super gentil aussi). Evidemment, lorsqu’il sort de sa panière en osier un magnifique persan pure race, on voit bien le caractère fallacieux de sa remarque précédente.
Le Poulet ayant attaqué sa deuxième banane dans la voiture avec le reste de la famille, ce fut mon tour. Le vétérinaire valait le détour, c’est déjà pas mal, mais je peux vous assurer que quand il m’a dit « mais madame, votre animal est incroyable, elle s’est enlevée les points toute seule comme une grande ». QUOI ? Ca fait une heure que je poireaute, que le poulet dévore le capital bananier de la semaine pour m’entendre dire que je suis venue pour rien. Ecoeurée. La prochaine fois, j’irais regarder par moi-même.
Arrivée à la maison, je signale à Charlemagne que la chaudière n’a pas dû redémarrer suite à nos courtes vacances. Il va faire un tour dans la salle des machines et revient avec une excellente nouvelle « panne sèche », un samedi matin, fin août… Ben moi, je vais me faire un rail, je ne sais pas encore de quoi mais il va être costaud, je vous le dis !

6 Comments:

Anonymous bill said...

Zen, reste Zen ... ne démarre pas un projet broderie, reste dans un bon fauteuil avec un livre et un plaid (la pluie menace encore même si un rayon de soleil vise mon œil gauche !)... surtout si tu reprends le boulot lundi !
Bon courage, et bon week end !
Bises

5:02 PM  
Anonymous venise said...

oui bien sur tout ça c'est ch.... ! mais y a plus grave, relativise et dis toi que dans l'ensemble tout va bien quand meme !
bon courage en tout cas !

6:33 PM  
Anonymous Anne-Cé said...

un rail de haricots tarbais, à la fête du cassoulet à Castel ?
j'y serai demain au stand des Pompiers Sans Frontières...

6:34 PM  
Anonymous Aline said...

Mort de rire !!! Va falloir que tu arrêtes de me faire rire comme ça, mes gamins me regardent bizarrement !
J'adore quand tu racontes... tes petites mésaventures. J'adore !

8:48 PM  
Blogger Loli lola said...

Un rail ? Eh, Clotilde, arrête tout de suite le sucre glace...
J'ai adoré le coup du véto...
Merci pour ce billet !

Loli-lola

8:32 AM  
Anonymous manée said...

essaie le rail du terre-neuvat : une ligne de gros sel sur le bastingage, si tu es enrhumée évidemment sinon c'est du masochisme...

9:04 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home