samedi, octobre 07, 2006

Dernier week-end

La semaine prochaine, à cette heure-ci, je serais déjà dans une autre vie. J'ai eu beau lutter contre cette évidence, il faut pourtant que je l'admette, jeudi c'est la fin de quelque chose. Je suis dans la même boite depuis 11,5 ans. J'ai occupé deux postes, c'était mon premier boulot, à 22 ans. Le premier poste, je l'ai quitté pour partir en congé de maternité, en même temps, j'ai été recu au concours d'attaché, je suis revenue, toujours à la Firme mais à un autre endroit.
Je dis tout cela pour expliquer, que j'ai toujours quitté pour mieux : un beau bébé, ma Bestiole et un nouveau poste, en devenant qui plus est titulaire.
Aujourd'hui, je rationnalise, je me dis que, au pire, mon statut n'aura pas changé dans un an. Mais en même temps, je ne peux m'empêcher de penser que je quitte mon boulot pour aller vers de l'aléatoire et peut être du grand vide. Vous pouvez vous dire "elle nous barbe à toujours rabacher pareil". Vous avez certainement raison, je ne demande plus d'encouragements, je les ai eu avec tellement d'accuité, je vous en remercie tellement ici. Mais, je suis comme une chèvre attachée à son poteau et qui ne voit plus que lui, et pas la prairie qui l'entoure.
J'essaie de me convaincre du bien-fondé de ma démarche, j'ai du mal à trouver le sommeil. Je me sens sur le fil du rasoir. Parce que c'est aussi une décision que j'ai prise envers et contre tout, que je prends le parti de faire comme je pense devoir faire. Et si je me plante, ce sera mon ratage et celui de personne d'autre. Et cela, ce n'est pas facile à admettre, à endosser.
Au fait, je vous réserve une surprise pour jeudi, disons en fin d'après-midi, 16h30 si tout va bien.

7 Comments:

Anonymous Aline said...

Pour avoir décidé de changer de "métier" moi aussi il y a peu, je comprends que les jours juste avant "le grand saut" sont difficiles. Mais le problème c'est que tout le long de la formation, cette impression que l'on ne va pas y arriver persiste. Bon, on se compare aussi avec les autres et on constate quand même que parfois, souvent même, on est quand même plus doué que d'autres. Et on se dit "s'il lui a cet examen alors moi je l'aurais aussi, c'est sûr". Le fait d'avoir des repères par rapport aux autres est motivant. Tu ne seras pas seule face à ta feuille comme une formation à distance par exemple, tu vois ?
Bon et puis, les derniers temps, juste avant l'examen (je ne sais pas comment ça se passe pour toi), alors là c'est la panique à bord. Je te rassure sûrement pas, mais comme ça tu sais à l'avance ;-)
Allez, biquette, ça va bien se passer, j'en suis sûre !
Vont pas te manger toute crue, c'est pas bon la biquette crue. Trop coriace. Faut que ça cuise longtemps, longtemps, longtemps... ;-)

1:49 PM  
Anonymous anne said...

Tout changement est positif. Quelle que soit l'issue de cette année de formation, tu auras appris plein de nouvelles choses qui n'appartiendront qu'à toi. Tu te seras enrichie de savoirs, même si cette nouvelle expérience n'a pas d'incidence immédiate sur ton statut professionnel.
Tout ce que tu risques c'est ... de réussir !!!!

2:25 PM  
Anonymous Delfine said...

oui, mais ça sera surement ta réussite et celle de personne d'autre ;o)))

3:01 PM  
Anonymous Anonyme said...

c'est normal de douter, d'avoir peur...
même pour mon 3ième enfant, je pleurais de peur de ne pas être capable de l'élever !
je te dis que mon mari me regardait bizzarement ! mais on peut s'excuser avec les hormones...

par contre, je me dis qu'il n'arrive jamais rien pour rien...
chaque coup du destin, chaque fois que j'ai changé d'emploi. si ce n'y étais pas pour mieux, c'était pour apprendre quelque chose...

mon mari vient de quitter son emploi et le lendemain il avait trouvé quelque chose d'autre dans son domaine... s'il avait attendu une semaine de plus, l'emploi ne serait peut etre pas disponible...

mais quand je change d'emploi, je rêve souvent et c'est affreux... je suis nue dans la rue... je fais erreur sur erreur à ma nouvelle job...
bref, j'évacue beaucoup mes angoisses en dormant... c'est peut etre une chance !

nous avons beau avoir une facilité à l'adaptation, l'angoisse, c'est tout à fait normal...

mais n'y a-t-il pas aussi des fourmis d'excitation parmi tout cela ?
allez fonce ! et ne retourne plus la tête !

11:47 AM  
Anonymous micha said...

Un peu de poésie...philosophique ?
"Impose ta chance,serre ton bonheur et va vers ton risque ; à te regarder bien,ILS s'habitueront"
René Char
ça te plaît ?
Moi je ne saurais dire mieux !

11:48 AM  
Anonymous Anonyme said...

ca me plait.
Merci à toutes. Clothilde. Je vais essayer de ne pas me retourner. Quand à mes nuits, les rêves les rendent agités. Clothilde

11:54 AM  
Anonymous framapa said...

Je te lis depuis quelques temps et je t'envie..Prendre des risques, c'est mettre du sel dans son existence!
Crois en toi et vas-y!

1:47 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home